Exercices pédagogiques

Ces exercices ont été réalisés dans le cadre de mon cursus pédagogique au sein de la section "Journalisme audiovisuel" à 3iS (Institut International de l'Image et du Son).

ARTICLE | L'omerta autour de la place de l'asexualité sur nos écrans

Le saviez-vous ? L’asexualité, orientation sexuelle consistant par définition à ne pas avoir d’attirance sexuelle pour autrui, appartient au mouvement LGBTQ+. Son initiale se cache derrière le signe mathématique qui accompagne fréquemment l’abréviation utilisée pour parler des minorités sexuelles. Représentée par sa première lettre, elle n’apparaît pourtant que trop rarement dans cet acronyme. Un A qu’on retrouve symboliquement au début du mot ʺabsenceʺ, celle d’une représentation dans le paysage télévisuel.

ARTICLE | La lente mort des vidéo-clubs

Il y avait une vie avant l’hégémonie du streaming, des téléchargements et de la vidéo à la demande. Une vie passée à errer devant des centaines de cassettes et DVD dans l’espoir de trouver la perle. Une vie à regarder ce que prenait le mec d’à côté les jours sans idées. Une vie avec des jaquettes et leurs résumés, une vie avec pour question existentielle : « Police Academy est-il enfin disponible ? ». État des lieux à Paris, dans les derniers vidéo-clubs qui proposent encore cette vie. Trois salles, trois ambiances...

ARTICLE | Le speed-watching

« Métro, boulot, série puis dodo ». Voilà à quoi se résume le quotidien de nombreux citoyens du monde en 2019. Un quotidien souvent bien rempli où le temps libre se fait de plus en plus rare et où chaque minute qui passe se doit d’être bien rentabilisée. Ce profit de l’instant se retrouve pourtant en contradiction avec un plaisir collectif grandissant : le visionnage de séries TV. Celles-ci sont aujourd’hui devenues une composante indispensable au bien-être d’une grand partie de la population, qui doit donc trouver une façon d’optimiser le temps qu’elle consacre à ces programmes. Et pour cela, une solution semble se répandre année après année : le visionnage accéléré de chaque épisode. On appelle ça le speed-watching.

INTERVIEW | Donald Reignoux

À 36 ans, Donald Reignoux occupe une place de choix dans le monde du doublage français. Titeuf, Spider-Man, Sora ou encore Reese de la série Malcolm… Sa voix résonne dans la tête de nombreux cinéphiles, sériephiles et gamers. Au même titre que Richard Darbois et Patrick Poivey, ses sources d’inspiration au quotidien, Donald Reignoux fait partie des grands ambassadeurs de ce milieu bien particulier. Rencontre avec celui qui trouve bien souvent que la vie n’est pô juste.
Close